Regard sur le Tilleul

Le « Tilleul des familles» du château de Cheverny 

Le tilleul des familles,
dans le parc du château de Cheverny
En parcourant le parc du château de Cheverny (dans la partie visitée, à droite en descendant vers la pièce d’eau) on ne peut pas manquer ce tilleul remarquable dont les branches gigantesques s’étalent pour certaines sur le sol (l’une d’elle enjambe même une allée), telle une araignée géante. Il est difficile de donner un âge à ce tilleul car son tronc principal a disparu – le milieu de l’arbre est creux – et les branches qui partent du sol sont en réalité des rejets. Compte tenu des dimensions très importantes de ces rejets, il est certain que cet arbre est très ancien (300, 400 ans ou plus ?). Une autre particularité de cet arbre, c’est son nom : ses propriétaires lui ont donné le nom de « tilleul des familles » car, avec ses sept branches maîtresses (il y avait sept rejets principaux, mais l’un d’eux a disparu et son emplacement est encore visible), il est sensé représenter l’arbre généalogique de la famille Hurault ! En effet l’arbre généalogique de la famille comporte sept branches principales : Hurault de Vibraye, dont le premier ancêtre était Philippe Hurault décédé avant 1352 et seigneur de Saint-Denis-sur-Loire (achat vers 1340) ; de Belesbat ; de Veuil ; de Chérigny ; de Saint-Denis ; de l’Hôpital ; de Cheverny. 
À malin, malin et demi : une anecdote (à moins que ce soit une légende) m’a été rapportée concernant ce tilleul : à l’époque (lointaine) où la chasse se pratiquait dans le parc du château, un chevreuil disparaissait régulièrement à la vue des chasseurs entre le château et la pièce d’eau, les chiens perdant également sa trace. Intrigué, le piqueux décida de surveiller cette partie du parc et, quelle ne fut pas sa surprise, de voir l’animal se cacher entre les gros rejets, dans le creux laissé par le tronc disparu. 
Maintenant, lorsque vous vous trouverez devant ce tilleul, vous le regarderez différemment. 

Le Héron - La Grenouille n° 24 - Juillet 2014

Le tilleul, un arbre plein de douceur aux feuilles en forme de coeur 
Un tilleul peut vivre de 800 à 1000 ans. Après 70 ans, il ne s’élève plus beaucoup, sa hauteur maximum est de 30 à 40 mètres et son diamètre peut atteindre 3 mètres. On distingue surtout deux variétés de tilleuls : l’une à petites feuilles dite « tilleul des bois » (cordata) et l’autre, à grandes feuilles, appelée « tilleul à larges feuilles » (platyphillos). Le houppier (la couronne de l’arbre) du tilleul à grandes feuilles est plus dense que celui du tilleul à petites feuilles. Sur les feuilles du tilleul vous avez sûrement déjà remarqué des formes de petites cornes rouges qui sont provoquées par les piqûres d’acariens (galles de phytoptus). Les feuilles de tilleuls se décomposent rapidement et stimulent l’activité biologique du sol. Son bois est léger et surtout apprécié par les sculpteurs (personnages, touches de piano, crayons…). La partie interne de l’écorce est très fibreuse, autrefois des cordages étaient réalisés avec celle-ci (cordes de puits et amarres de bateaux : très durables). Les écureuils savent très bien effiler l’écorce pour faire leur nid. C’est son écorce très utile dans le passé qui a donné son nom au tilleul (tillia en latin). La tisane de fleurs combat la tension nerveuse, elle est une alternative intéressante aux somnifères. 

Les fleurs groupées en petits bouquets de 3 ou 4 sont pendantes et soudées à une bractée. Lors de la cueillette, pour avoir un maximum de parfum, une ou deux fleurs sur 3 seulement doivent être ouvertes. Les fleurs sont séchées une semaine à l’ombre dans un grenier sec et aéré, il faut les étendre et les brasser régulièrement (échauffement). La substance produisant cette senteur s’appelle le famésol. Le tilleul est l’arbre des abeilles et des pucerons. Très mellifères, les abeilles adorent son nectar mais aussi le miellat que produisent les pucerons. Les abeilles, insectes suceurs, sont friandes de ce doux produit tartiné sur la surface des feuilles, brillant et collant sous le soleil d’été, qui a transité par le tube digestif des pucerons avant d’être déposé sur les feuilles. Miellat et nectar se retrouvent ainsi ensemble dans le pot de miel, possédant les mêmes propriétés calmantes que la tisane de fleurs. 
Le coeur symbolique viendrait de la forme de la feuille du tilleul. « Pour peu que des époux séjournent sous leur ombre, ils s’aiment jusqu’au bout malgré l’effort des ans » (Jean de la Fontaine). 
Connaissez-vous le dicton : « Si le coucou chante la première fois quand le tilleul est défeuillé, l’été sera froid, si l’arbre est vert il sera chaud »
Le tilleul des Huards
à Cour-Cheverny
Ses fleurs embaument puissamment les soirées d’été et dispersent une ombre agréable aux assemblées. Un tilleul remarquable de plusieurs siècles est à observer de la route (route des Huards) chez M. Monroe, mais aussi au camping de Cour-Cheverny près de notre petite rivière, un alignement de tilleuls argentés vous feront profiter de leur parfum et de leur ombrage pour votre partie de pétanque. 
Dans le parc du château de Cheverny, « le tilleul des Familles » a, lui aussi, traversé les siècles avec ses grandes branches qui effleurent le sol tels de grands bras qui vous accueillent. Sans oublier bien sûr le Tilleul des 3 communes, bien connu de tous, aux confins des communes de Cormeray, Cellettes et Cheverny (voie de la Tallonerie). 

Le Grillon - La Grenouille n° 24 - Juillet 2014