De la Grenouille à la Fleur de Lys dans l'Univers Héraldique

Le monde gaulois et celte avait tendance à porter en totem des animaux divers : le sanglier par exemple. Le monde romain paraît s’en être tenu à des aigles. Le monde franc, par contre, portait comme enseigne des étendards. Les guerriers, eux, portaient en arme défensive, un bouclier, composé de deux couches de bois croisées et de cuir, ou de cuir sur des lattes, le tout assemblé. Si le guerrier était un grand chef, ou riche, on renforçait par des clous serrés et les forgerons s’efforçaient de reproduire, par exemple, la forme de la croix (dite du Languedoc) ou la forme d’un aigle... Les chefs des saliens (la lignée des mérovingiens était issue des peuples des Francs saliens) portaient un semis de têtes de clous, et leurs forgerons s’appliquaient à représenter quelque chose que nous ne comprenons plus, mais qui pouvait provenir des marais, puisque l’habitat salien primitif, ou une partie, aurait été à l’époque marécageux : il s’agissait d’une boule (la tête du clou) avec 3 languettes vers le haut, et trois plus petites vers le bas. Hypothèse, le crapaud ; autre hypothèse la fleur d’iris. Troisième hypothèse : art abstrait géométrique. Toutes aussi vraisemblables.

Le Père Ménétrier (jésuite du XVIIe s. auteur de « Le temple de la sagesse ouvert à tous les peuples») rappelle que les Francs primitifs portaient sur leurs enseignes un semis de crapauds (ou grenouilles).

Selon Henri Guenon (écrivain né à Blois le 15 novembre 1886), l’emblème porté sur les étendards de Clovis1er, roi chrétien mérovingien (466-511), n’était pas un crapaud mais une grenouille. La confusion est aisée mais pas gratuite. Le crapaud est essentiellement un symbole négatif (sa connotation péjorative est non seulement ancienne mais universelle puisque dans la Chine ancienne, il était censé représenter le gardien du séjour des morts). La grenouille, elle, symbolise, par ses métamorphoses, la démarche spirituelle vers la perfection, la résurrection et l’immortalité.

Une légende raconte qu’un ange apparut à Clovis pour changer l’emblème de la grenouille en fleur de Lys (on constate d’ailleurs que la figuration symbolique de la grenouille des mérovingiens ressemble beaucoup à la fleur de lys des capétiens) mais ce sont les capétiens qui prirent, bien plus tard, la fleur de lys comme symbole héraldique.

En tout cas, il est probable que les Mérovingiens utilisèrent l’emblème de la grenouille comme manifestation de leur certitude d’appartenir à la race immortelle des rois de France. (immortelle parce que le roi ne meurt jamais). La fleur de lys fut l’emblème héraldique de la France durant sept siècles.

La grenouille est aussi symbole de fécondité parce que les anciens croyaient (ou faisaient semblant de croire) qu’elles attiraient, par leurs chants, les pluies bienfaisantes.

On peignait donc des grenouilles sur la peau des tambours utilisés dans les cérémonies propitiatoires (qui ont pour objet de rendre propice). Par glissement symbolique, les tambours utilisés pendant les guerres portèrent également ces images de grenouilles comme symbole du cri des guerriers imité du tonnerre qui, souvent, accompagne la pluie.

La Fée des Marais - La Grenouille n°28 - Juillet 2015